XR et YFC neutralisent des Amazon Lockers à l’occasion du Black Friday

Amazon locker neutralisé

Vendredi, nous sommes allé·es avec Extinction Rébellion Lyon mettre hors d’état de nuire plusieurs Amazon lockers, ces casiers entièrement automatisés qui suppriment même le peu de contact humain qui était encore possible avec les livreurs surchargés d’Amazon.

Stopper l’expansion d’Amazon

Alors qu’Amazon s’apprête à faire son plus gros chiffre d’affaire de l’année comme c’est le cas le jour du Black Friday depuis déjà des années, l’entreprise continue d’étendre son modèle exploitant la planète et le vivant. Dans le même temps, elle continue de s’étendre avec le soutien complice du gouvernement, et projette de construire 20 nouveau entrepôts en France, dont un à Lyon de + de 160 000 m² à côté de l’aéroport St Exupéry. Et même si Amazon ne le revendique pas, cet entrepôt ne sera pas construit à côté de l’aéroport pour écouter le doux bruit des réacteurs. Si les projets d’Amazon se réalisent, c’est + de 2 milliards de produits qui seront importés en plus par an, et livrés en moins de 2H chez le·a client·e.

Une entreprise qui exploite ses employé·es et détruit des emplois

En plus de cela, Amazon continue à exploiter ses salarié·es. Alors qu’un·e salariée rapporte un chiffre d’affaire moyen estimé de 270 000 €/an dans le commerce local, un·e salarié·e Amazon en rapporte 600 000. Et ce n’est pas parce qu’iels sont meilleur·es que les autres, c’est bien grâce à des méthodes d’aliénation et d’optimisation du travail, dans des conditions toujours plus déplorables. Et encore, cela vaut pour ceux et celles qui sont salari·es. Car Amazon est le champion de l’exploitation d'”auto-entrepreneur·euses”, des citoyen·nes qui n’ont d’autres choix que de prendre ce statut pour trouver un travail pourtant considéré comme celui d’un·e salarié·e, mais à qui l’entreprise interdit toute protection du travail (pas d’arrêt maladie possible, pas de congés payés, pas d’heures max de travail par semaine,…) au mépris des luttes sociales qui ont permis leur mise en place. Et pour couronner le tout, chaque création de ce type d’emplois précaires en détruit jusqu’à 5 dans le commerce local. Merci Amazon !

Une fraude fiscale massive

Pour finir, Amazon n’est même pas une aubaine financière pour l’État. Entre une fraude fiscale massive et une fraude à la TVA perpétrée par 98% des vendeurs de la marketplace, c’est un manque à gagner énorme par rapport aux commerces locaux qui eux, payent leurs impôts. Le laisser-faire de l’État est coupable, et n’est en plus rien d’autre que le fruit de l’idéologie capitaliste et libérale, complètement détachée de la réalité sociale et sociétale. Sans parler des enjeux écologiques de la question.

TOUT DOIT VA DISPARAÎTRE ! STOPPONS AMAZON AVANT QU’IL NE SOIT TROP TARD !