Depuis quelques mois, le monde est plongé dans une crise sanitaire sans précédent, qui entraîne une crise sociale certaine. Cette crise a révélé de grands dysfonctionnements dans ce système capitaliste orienté vers le profit, au détriment de l’écologie et de la dignité humaine. 
Nous avons souhaité exprimer des revendications à court terme et après la crise, à long terme.
Nos revendications sont inspirées de celles d’autres groupes écologiques et sociaux, nous avons souhaité les relayer et les compléter avec ce qui nous semblait juste et essentiel.

Revendications à court terme

La fermeture immédiate de tous les lieux de travail non essentiels à la vie du pays, sans perte de salaire, ni restriction de droits, l’arrêt immédiat de l’ensemble des activités non indispensables

Justice et réparations pour les victimes et familles des victimes de la maladie liée au SARS-CoV-2

L’abrogation de la loi d’urgence sanitaire et des lois sécuritaires liberticides, de réelles mesures pour faire cesser les violences policières, la démilitarisation des forces de police, l’interdiction du plaquage ventral (Le confinement a en effet entraîné une hausse des violences policières, particulièrement dans les zones déjà soumises à la gestion coloniale du maintien de l’ordre dans lesquelles la police agresse, blesse et tue déjà régulièrement. L’appareil répressif a également profité de ce confinement pour tester un nouvel arsenal : drones…)

L’augmentation du nombre de postes des personnels de santé, des lits, la gratuité universelle des soins de santé

La protection maximale des personnes devant continuer à  travailler, droit de retrait effectif pour toutes et tous si les conditions de protection ne sont pas réunies

Le Covid-19 doit être considéré comme une maladie professionnelle pour tous·tes les travailleur·ses ayant été exposé·es ainsi qu’une augmentation de salaire pour les personnes effectuant des métiers dévalorisés et pourtant essentiels en ces temps de crise

L’organisation de structures d’entraide (courses, soins, veille) pour les personnes précaires, isolées, à risques, la réouverture des lieux d’accompagnements pour les personnes précaires ou en situation d’invalidité, en soutien aux structures d’auto-organisations et aux brigades de solidarité existantes

La suppression du SNU et le réinvestissement des fonds prévus dans le financement des services publics et aides sociales

Le versement d’une aide financière à des secteurs très en difficulté comme entre autres les métiers de la culture

Un plan d’urgence alimentaire et sanitaire

La fermeture des CRA, la suspension des Obligations de Quitter le Territoire Français, la libération des personnes en détention provisoire, prisonnier·es et réfugié·es, la régularisation de toutes les personnes sans-papiers afin qu’ils et elles puissent bénéficier des aides sanitaires, sociales et économiques. La réquisition des logements vides pour héberger les personnes sans-abris, les personnes victimes de violences, et toute personne en ayant besoin

L’abandon d’un plan de reprise scolaire dans les établissements et la rentrée en septembre pour toutes les écolières et tous les écoliers, toutes les étudiantes et tous les étudiants

La réquisition des établissements médicaux privés et  des entreprises pour produire dans l’urgence masques, gels hydroalcooliques, respirateurs et tout le matériel nécessaire pour sauver des vies, la réquisition de tout le matériel à usage unique dans les secteurs non essentiels

Le maintien et extension des droits des chômeurs et chômeuses, le passage des livreurs et livreuses (Deliveroo, Foodora, Uber, Stuart….) d’un statut d’auto-entrepreneur·se à un statut de salarié·e afin de bénéficier des protections sociales et de l’encadrement du droit du travail, ainsi que de bénéficier du droit de retrait en cas de besoin

L’interdiction des licenciements et des expulsions de domicile, la suspension des loyers

La suspension du versement par les entreprises de dividendes, rachats d’actions et bonus aux PDG, ne pas utiliser les 750 Milliards d’euros de la BCE pour alimenter les marchés financiers mais seulement en dirigeant ces investissements vers des pratiques véritablement durables, autant socialement qu’écologiquement, et en imposant des contraintes d’utilisation fortes de ces aides, en particulier pour les plus grosses entreprises, le retour de l’Impôt de Solidarité sur la Fortune, la suppression du Crédit d’Impôt pour la Solidarité et l’Emploi, une haute taxe sur les transactions financières

Revendications à long terme

L’objectif est de ne pas retomber dans les travers de la société avant-covid, et y substituer une société plus juste écologiquement et socialement

L’abandon de tout plan d’austérité visant à des coupes budgétaires dans les budgets destinés aux services publics, à l’aide ou à la protection sociale, un vrai plan de soutien et de développement des services publics en zones mal desservies, une véritable lutte contre l’évasion fiscale

L’arrêt des grands projets de constructions inutiles et destructeurs

L’établissement d’un salaire minimum à hauteur du SMIC indépendant de toute activité et sans conditions pour assurer à toutes et à tous de pouvoir vivre dignement

La gratuité des transports en commun, l’amélioration et extension des réseaux de transport en commun et cyclables

Un plan de réorientation de relocalisation de l’agriculture, de l’industrie et des services